MAFROUZA

Sortie nationale le 15 juin 2011

Mafrouza

Emmanuelle Demoris

2007

-

138min

-

France

Visa d'exploitation n°128.897

Mafrouza est un film en 5 parties tourné par Emmanuelle Demoris au fil de deux années passées à Mafrouza, bidonville d’Alexandrie construit sur le site d’une nécropole gréco-romaine. Partant des premières rencontres avec ses habitants, Mafrouza raconte les destins de quelques personnes qui se répondent en une chronique polyphonique.
Si la vie est dure à Mafrouza, tous résistent avec grâce et force. Adel et Ghada, jeune couple à la recherche du bonheur, Mohamed Khattab, épicier-cheikh humaniste, Hassan, voyou-chanteur épris de liberté, Abu Hosny, vieux solitaire au logement inondé, la paysanne Om Bassiouni et son four à pain, les Chenabou, famille de chiffonniers, Gihad, jeune lutteuse, tous incarnent et racontent cette résistance qui est la leur et qui fait de leur quartier un espace de liberté et de vitalité.

Mafrouza prend le temps de rentrer dans ce monde pour en saisir les complexités, mais aussi pour raconter à travers ces histoires la rencontre entre ces personnes de Mafrouza et celle qui vient les filmer. Car cette expérience de rencontre pose des questions de cinéma et interroge le regard que nous portons sur l’autre.

Et si Mafrouza donne l’occasion de battre en brèche les idées reçues sur les pauvres, l’Orient ou l’islam, il questionne ainsi aussi en miroir notre façon de regarder et de vivre (en Europe ou ailleurs).

Un geste documentaire inouïe et magnifique.

LIBÉRATION

Un film-monde, un film-monstre, un film-choc, comme on n’en a quasiment jamais vu.

LE MONDE

Un hymne à la vie étonnant et revigorant !

PREMIÈRE

Festival International du Film de Locarno
Etats Généraux du Documentaire de Lussas
Ecrans Documentaires d’Arcueil
Mostra de Sao Paolo
  • 12.90  6.45  Lire la suite

    Mafrouza

    Emmanuelle Demoris


    Le film événement sur l’Égypte d’aujourd’hui édité en coffret prestige.

    Les films :

     

    • MAFROUZA 1 - OH LA NUIT ! de Emmanuelle Demoris (2007-2010, 138 min)

    La première visite à Mafrouza suit un archéologue qui topographie les tombes de la nécropole romaine sur laquelle les habitations se sont construites. Mais une fête de mariage vient nous plonger soudain dans le présent du quartier, sa joie tendue et sa vitalité. La découverte se poursuit par des rencontres avec plusieurs personnes dont on découvre les combats quotidiens. Abu Hosny écope sa maison inondée. Om Bassiouni cuit son pain sous la pluie de l’hiver. Les Chenabou demandent protection à Saint-Georges. Et Adel et Ghada racontent leur couple avec une étonnante liberté de parole sur l’amour. Cette première plongée dans la vie du quartier est aussi le temps de l’étonnement, qui laisse place à l’émotion des premiers échanges.

     

    • MAFROUZA 2 - COEUR, de Emmanuelle Demoris (2007-2010, 154 min)

    Juillet, sous la chaleur. La caméra est de retour, ce qui fait débat à Mafrouza. Hostilité des uns et sympathie des autres, ceux-là avec qui le film poursuivra sa route au fil de l’été dans le quartier. Tout semble avoir été frappé de destruction. Des habitations inondées, un four détruit, un couple au bord du divorce, une joue ouverte par une lame de rasoir. Chacun résiste, se reconstruisant ou reconstruisant le monde autour. Reconstruire le four, réconcilier le couple, recoudre la joue. Les gens de Mafrouza opèrent ces reconstructions sous l’œil de la caméra qu’ils interpellent et questionnent. Leur répondant, la caméra devient personnage du film et trouve ainsi, au gré des échanges et des rencontres, un regard qui se fait amoureux.

     

    • MAFROUZA 3 - QUE FAIRE ? de Emmanuelle Demoris (2010, 152 min)

    C’est la fin de l’été. On en partage la douceur avec quelques personnes de Mafrouza, dans un rapport maintenant confiant, proche et familier. On suit le fil de leur temps qui s’invente au présent, sans programme ni prévision. Actes graves ou passe-temps frivoles, chacun invente chaque jour les chemins d’une étrange joie de vivre, faite d’ardeur, de transe et d’intériorité. Abu Hosny répare sa maison inondée, Hassan erre et chante dans les nuits blanches, Mohamed Khattab fait le sermon, Adel et Samia attendent un enfant. Tous prennent aussi la parole pour dire leurs choix, leurs façons d’être au monde et d’être avec les autres. Et pour dire leur goût de la liberté, celle-là qui s’exprime au fil des errances et des rires, des cigarettes et du thé partagés avec la caméra en ces derniers jours d’août.

     

    • MAFROUZA 4 - LA MAIN DU PAPILLON, de Emmanuelle Demoris (2010, 142 min)

    Deux événements se préparent en ce début d’hiver à Mafrouza. La naissance du petit garçon d’Adel et Ghada, avec son cortège d’attente, de tensions, de joie et de fête. Et les fiançailles de la jeune lutteuse, Gihad. Au fond des maisons, entre intime et sacré, entre chuchotements, cris et rituels, les destinées des individus se dessinent. Face à l’agitation collective des familles, tour à tour avec et contre elle, chacun trouve en actes comment exister et construire sa place dans le monde qui l’entoure. En actes mais aussi par la parole, qui vient convoquer l’imaginaire pour penser la réalité, la rendre vivable et parler ces zones obscures de la mise au monde où se nouent la vie, la mort et la différenciation sexuelle.

     

    • MAFROUZA 5 - PARABOLES, de Emmanuelle Demoris (2010 - 155 min)

    Mohamed Khattab tient l’épicerie de Mafrouza. Cheikh, il fait aussi le sermon du vendredi dans la mosquée du quartier. Mais en ces jours de fête où se prépare l’Aïd, des fondamentalistes viennent s’emparer de ladite mosquée. Les gens de Mafrouza racontent cette prise de pouvoir avec lucidité et calme, c’est-à-dire sans diabolisation et avec la force d’une parole qui recourt aux arguments à la fois du cœur et de la raison. Comme le dit l’ami fidèle de Mohamed Khattab : «Les Frères cherchent à attirer les gens ; si tu aimes quelqu’un, tu n’essaies pas de l’attirer, tu lui parles directement.» Blessé, Mohamed Khattab garde sa dignité, son ironie et le secret sur ses intentions. Mais il n’a pas dit son dernier mot. La suite des événements lui donnera l’occasion de «parler directement» pour dire ses stratégies, sa rage et sa résistance, mais aussi sa complicité et sa tendresse pour cette caméra avec qui est venu le temps de la séparation puisque le tournage touche à sa fin, au terme de deux années passées à filmer dans le quartier.

     

     

    En supplément :

    • Un livret de 60 pages
    • 5 affiches du film

     

    Dans le livret :

    • Camera con vista un texte inédit de Emmanuelle Demoris
    • Textes sur le film par Jean Narboni (critique), Jean Gruault (scénariste de Truffaut etc.), Jacques Mandelbaum (critique au journal Le Monde)…

     

     

    Informations techniques :

    Contenu :

    • 5 DVD - 5 films - Chapitres - Livret - Affichettes

    Format :

    • 4/3 - Couleur - PAL - Multizones

    Audio :

    • VO arabe sous-titrée français, anglais ou espagnol - Stéréo

    Durée :

    • 12h26